Bienvenue

  • L'Observatoire des Baronnies Provencales
  • est un domaine astronomique dédié à la
  • culture du ciel et à la découverte de notre
  • Patrimoine Nocturne : la Nuit
  • Séjournez en gîte ou chambre d'hôtes et
  • découvrez le rythme insolite des astronomes
  • Au Coeur du Parc Naturel Régional

Observatoire

Présentation Vidéo de l'Observatoire

Recherche D'infos Sur Obs-Bp

Association Française d'Astronomie

            l'OBP est une Station de Nuit et membre

                  du réseau des opérateurs 123 :

                        pour en savoir plus sur

                    les formations grand public

logo-AFA.jpg

Soutiens

logo FEDER    fnadt.jpg   Logo PACA

 logo-UE-JPEG.jpg

L'Observatoire des Baronnies

Provençales est cofinancé par

l'Union Europèenne. L'Europe

s'engage en PACA avec le 

fonds FEDER.

Les Pages De L'observatoire

Demande d'informations

Boutique

Exoplanètes & Recherche

19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 16:16

NGC 2264 T635 BL 2011 02 04

Observation of NGC 2264

Notes:

Conditions absolument exceptionnelles:

22h30 V0 t1.3° hu45% QZ21.71 L60N21.68 FW2.0" vUMI6.4VI1-2 6.6VI2 T0.5(?) P0.5

01h30 V0 t-1.4° hu53% QZ21.88 L60N21.82 FW1.8" T0.5(?) P0.5 S1/156

C'est la première fois depuis toujours (1997) que j'évalue le ciel à T0.5 P0.5 en France, et de plus, pas d'humidité, et le seeing est très bon!!!

x101 Nagler 31mm sans filtre

La surface sombre du cône est LDN 1613, mais je logge mon observation dans NGC 2264 par ce que

- toutes mes précédentes le sont,

- toutes celles de la littérature le sont aussi.

Le champ est évident, et ultra-facile à pointer.

Ce qui attire l'attention en premier, c'est la richesse et la brillance du champ au S immédiat de 15 Mon, lequel constitue l'amas ouvert NGC 2264, et justifie l'appellation d'arbre de Noël. Couleur unique des étoiles: blanc pur.

Ce qui attire l'attention, immédiatement après, c'est l'extraordinaire contraste de couleurs entre les deux composantes de STF 953, à 55'S de 15 Mon, et à 22'S du cône lui-même: couple brillant, facile avec 100x, presque équilibré, mais surtout principale rouge brique, compagnon bleu.

J'en détaile précisément les couleurs:

- principale: R 251, V 85, B 85, et T 255, S 241, L 168

- compagnon: R 163, V 181, B 241, et T 160, S 188, L 202.

fin 23h05.

x380 Ethos 8mm

Je commence par repérer les étoiles du cône lui-même, en commençant par le sommet. 520x est trop turbulent car les étoiles sont brillantes.

Les étoiles que j'ai perçues sont soulignées en jaune.

Toutes les étoiles autour de A*, le phare au sommet du cône sont blanc pur, sauf A* qui est violette! (T 213, S 149, L 156)

23h55: le côté W du cône est terminé.

00h17: le côté E est terminé.

Entre les deux côtés, E et W, c'est le vide complet, ou plutôt, je n'ai pu discerner aucune étoiles, par ce que trop faibles. [Note 2011 02 17: la photo DSS de Guide8 en montre 4, entre m17.6V et 18.6V]

00h 20: J'attaque les nébulosités, et j'essaie diverses combinaisons

x101 Nagler 31mm/OIII-12 Lumicon

Le cône est très difficile, presque soupçonné, et encore, en le connaissant.

x101 Nagler 31mm/Hb-15 Astronomik

C'est aussi difficile qu'avec le précédent.

x195 Nagler 16mm/OIII-5 Astrodon

Aucune luminosité n'est vue

x156 Nagler 20mm/UHC-12 Lumicon

C'est le meilleur compromis luminosité / contraste, et toute l'observation des nébulosité est faite avec cette combinaison, mais ça reste très faible, et difficile. Je me guide constamment sur l'image Guide8/DSS.

Les isophotes sont dessinés en orange, et restent désespérement L1, avec quelques "iles" L2.

Lorsque les yeux sont complètement habitués, c'est à dire àprès plusieurs minutes à l'oculaire, le rouge H alpha apparaît ! Le même que celui de Simeis 147, ou de NGC 281.

Le sommet du cône est constitué par une petite nébulosité, ronde, L3, et qui est la seule luminosité blanche dans cet océan de rouge !!! (façon de parler..)

01h07: le côté E est terminé

01h30: le côté W est plus rapide: il est tellement évanescent que l'analyse de la structure tourne court.

En conclusion, le cône est très difficile, beaucoup plus que la Tête de Cheval, ou Pacman, et peut-être plus que Simeis 147. Il est vraiment proche de la limite du T635.

Sans l'aide de la photo et le dessin des isophotes sur une photo existante, je n'aurais pas été capable de le dessiner.

L'UHC est nécessaire pour avoir suffisamment de luminosité, et le ciel noir de l'OBP permet de conserver une image contrastée.

Mais le Cône reste un challenge ! fin 01h33

A* SAO 114264, m7.187V

Object Information & Observation details

Object name:

NGC 2264

Object type:

Open Cluster

Magnitude:

4.10

RA:

06h 41m 37s

Dec:

09° 52' 59" N

Constellation:

MON

Date of observation:

07 févr. 2011 21:50 UT

Length of observation:

163 min

Object position:

Alt: 54.4°, Az: 197.6°

Weather conditions:

14h J++++ V0 t19°! hu< T1 22h30 N++++ V0 t1.3° hu45% QZ21.71 L60N21.68

Observation conditions:

01h30 V0 t-1.4° hu53% QZ21.88 L60N21.82 FW1.8" T0.5 P0.5 S1/156

Observing site:

Observatoire des Baronnies Provençales

Instrument:

TN 635 Dobson Obsession

Main eyepiece:

Televue Nagler 20mm Type 5

Barlow:

(None)

Magnification:

156x

Partager cet article

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 18:19

NGC-281--T635--BL-OBP-2011-01-02.jpg

 

Observation of NGC 281

Object information

Object name:

NGC 281

Object type:

Bright Nebula

Magnitude:

99.99

RA:

00h 53m 40s

Dec:

56° 41' 17" N

Constellation:

CAS

pacman

  

Observation details

Date of observation:

02 janv. 2011 20:27 UT

Length of observation:

225 min

Object position:

Alt: 61.8°, Az: 310.4°

 

 

Weather conditions:

17h J+++ V2NW t-1° hu? 21h N+++ V1 t-1° hu76 QZ21.59 L60°21.52

Observation conditions:

22h15 QZ21.59 L60°21.52 vUMi6.4VI3 6.6VI5 S4/100 5/130

Observing site:

Observatoire des Baronnies Provençales

 

 

Instrument:

TN 635 Dobson Obsession

Main eyepiece:

Televue Panoptic 24mm

Barlow:

(None)

Magnification:

130x

Notes:

Le but de l'observation est de réaliser un dessin détaillé des nébulosités. La turbulence ne permet pas d'étudier l'amas central, IC 1590.

L'observation a duré pas loin de 4 heures, de h = 61° à h = 38°, avec un ciel excellent, voire exceptionnel pour la transparence et la pollution lumineuse. Par contre, la turbulence est passée de mauvaise, FWMH ~ 3.5" à médiocre, ~ 2.5".

Les configurations employées ont été uniquement Nagler 31mm / OIII-12, et Panoptic 24mm / OIII-5.

Les nébulosités ont été représentées avec les isophotes, sur un fond constitué par la photo de R Gendler.

x100 Nagler 31mm/OIII12

Pour commencer, j'observe attentivement et longuement Pacman, dont je n'ai aucun souvenir.

Cette configuration me permet d'agrandir le champ (par rapport à Panoptic 24, x130), et donc la quantité de ciel noir autour des luminosités, mais la NB est nettement moins contrastée qu'avec P24/OIII-5.

Par contre, je vois indéniablement du rouge sur toutes les régions externes de la NB, exactement dans les mêmes zones que celles, rouges, de la photo de Gendler. La NB est vue réellement jusqu'aux limites de Gendler. Même si je n'ai pas encore détaillé, je dirai L5 à L1.

x130 Panoptic 24mm/OIII-5.

La NB est indéniablement plus détaillée, L6 à L1. En particulier, toute la zone centrale, regroupant la bande noire [in situ, j'ai écris "sombre", puis barré, et remplacé par "noire"] principale, EW, et la zone sombre entre les lobes E et W, est beaucoup plus structurée.

Mais absolument pas de rouge.

Après ce premier contact, je commence l'étude détaillee, détail par détail, zone par zone, et j'attaque par la "queue S".

Je dessine avec le pinceau de Paint Shop Pro, sur la photo de Gendler, en vert pour N31/OIII-12, en bleu pour P24/OIII-5.

J'ai tracé les isophotes L1 et L2 avec N/OIII-12 qui permet de mieux séparer les nébulosités du fond du ciel, car le pourcentage de surface du fond du ciel est plus important que celui des nébulosités, à la fois par ce que le G est moindre qu'avec P24, et le champ est de 82° au lieu de 68°.

Par contre, dès qu'on arrive à l'isophote L3, donc aux parties centrales de la NB, P24/OIII- est meilleur car les nébulosités, qui occupent sinon tout du moins la majorité du champ, sont nettement plus structurées

Le chenal central, NS, entre les deux lobes, est la zone la plus contrastée; le globule sombre, à1'NE de BU 1 est totalement noir, O6, en VI éloigné.

Cette étoile BU 1 est l'étoile multiple qui constitue le coeur de IC 1590, et qui n'est pas séparée, à cause à la fois du filtre, mais surtout de la turbulence forte. Elle n'est perçue stellaire et brillante; c'est vraiment le phare du champ.

Mon croquis est achevé à 0h 32, après 3 heures d'observation, et peut être 20 ou 25 aller-retours entre le sommet de l'échelle et ma table de notes.

Pourtant, j'éprouve le besoin de revenir sur l'étude de la couleur. Au début de mon observation, avec N31/OIII-12, j'avais noté le rouge sur les isophotes L1 et L2, régions périphériques des nébulosités: "il n'y a aucune couleur sur les iosophotes L3 et +, mais l'isophote L2 est déjà perçu avec un peu de rouge, lequel devient plus sombre et plus profond sur l'isophote L1".

Mais à 0h 40, je retourne une nième fois au sommet de l'échelle, et je change le P24/OIII-5, qui m'a servi pendant toute la dernière heure pour l'étude des régions centrales, par le N31/OIII-12.

Et, surprise, le rouge est visible sur la totalité des nébulosités! Mais comme les parties centrales sont lumineuses, beaucoup plus que sur Simeis 147, observée lors de la précédente NL, le rouge, mélangé au "blanc" des nébulosités, devient rose. Je crois qu'avec le seau à peinture de PSP, je pourrai retrouver parfaitement la saturation.

En tout cas, c'est le même rouge que sur Simeis 147, seulement moins profond, plus rose.

Fin des notes 00h 52: j'ai pu détailler NGC 281, et ses nébulosités, avec beaucoup de détails, mais uniquement par ce que j'ai utilisé du début à la fin la méthode "photo + annotations directes avec PSP". Néanmoins, la turbulence ne m'a pas permis d'étudier IC 1590; l'observation devra être reprise sur ce point, avec une bonne turbulence.

Partager cet article

30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 13:50

Sh2-240 VdB 93 T635 BL 2010 12 13 neb only
Sh2-240 VdB 93 T635 BL 2010 12 13 neb only

Van den Berg 93
aka Sh2-292, RCW 2, Gum 1, the head of the Seagull nebula
emission and reflexion nebula
20’ x 20’ in Monoceros

Date of observation:

14 déc. 2010 02:58 UT

Length of observation:

30 min

Object position:

Alt: 30.1°, Az: 210.5°

Weather conditions:

V0/R10kmh t-4.6° hu56%

Observation conditions:

SQMZ 21.25(MW) SQML 21.11 (?!), FWMH 3.5″, mvl(UMi) 6.4 VI2, 6.6 VI4, T0.5 P1 S5/100 !

Observing site:

Observatoire des Baronnies Provençales (Southern French Alps)

Instrument:

TN 635 Dobson Obsession

Main eyepiece:

Televue Panoptic 24mm / Deepsky filter

Magnification:

130x

Observing notes:
Although my SQM and SQML gave rather low values, the sky was remarquably transparent. Light pollution is totally absent from the Observatoire des Baronnies Provençales, overall excellent conditions to observe a large and faint target.
vdB 93 is an interesting nebula because of its dark lanes from each part of its lighting star. With patience, they can be analysed and sketched with a lot of details.
Numerous stars are scattered in the halo, which presents a beautiful light blue, enhanced by the Deepsky filter.

Clear skies

Bertrand

par Bertrand Laville

Partager cet article

22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 10:17

 

 

Observation of Sh2-240

Sh2-240--Simies-147-Nikon-P-Candy.jpg  Sh2-240 Simeis 147 T635 BL 2010 12 09&10 OBP

Object information

Object name:

Sh2-240

Object type:

Bright Nebula

Magnitude:

99.99

RA:

05h 39m 50s

Dec:

28° 00' 21" N

Constellation:

TAU

Observation details

Date of observation:

09 déc. 2010 22:30 UT

Length of observation:

160 min

Object position:

Alt: 65.2°, Az: 123.5°

 

 

Weather conditions:

16h: J++ V2/R4NW t6° hu? T1 22h00: N+++ V1/R3NW t1.5° hu46% QZ 21.32 LZ21.23

Observation conditions:

22h & 02h vUMI6.4VI4 6.6non vue T1 P1.5 S5/100

Observing site:

Observatoire des Baronnies Provençales (05)

 

 

Instrument:

TN 635 Dobson Obsession

Main eyepiece:

Televue Nagler 31mm Type 5

Barlow:

(None)

Magnification:

101x

 

D’abord, un site exceptionnel (http://www.obs-bp.com); c’est le versant Sud de Valdrôme, P1 !

Ces deux soirs, c’était Mistral, force 4 à 5, mais c’était aussi T1, si ce n’est 0.5.

La turbulence était forte, mais sur un objet limite faible, de 5° de diamètre, ça n’a pas beaucoup d’importance.

Miroirs primaire et secondaire, ainsi que les oculaires avaient été nettoyés la veille.

Voilà pour les conditions d’observations.

 

Ensuite, une cible exceptionnelle, par son étendue, sa faiblesse, sa difficulté, seulement entr'aperçue au T500 de Tivoli.

Au total, 8 heures à l’oculaire, sur deux nuits, entre -2° et -6°C, à 3,10m de hauteur.

La couleur de la nébuleuse est vraiment celle que j’ai vue: H alpha, H alpha, H alpha !

 

Puis une journée complète pour le dessin au propre, et le traitement sous Paint Shop Pro. Je réalise le croquis en dessinant directement avec le pinceau de Paint Shop Pro sur une photo détaillée de l’objet. Je n’ai plus aucune difficulté de proportion, mise en page, etc., et je peux me concentrer sur la perception des détails,

Bien sûr, il faut avoir un PC qui marche toute la nuit, et donc le 220V, ..et le confort.

 

Eléments techniques 

Nagler 31mm/OIII-12

Les conditions pour une telle observation sont excellentes:

- miroirs primaire et secondaire, et oculaires ont été nettoyés la veille

- le ciel est beau, et très transparent

- la turbulence est forte, mais ceci n'a aucune importance sur ce genre d'observation (et c'est d'ailleurs pour cela que j'ai choisi d'observer Simies 147)

- la cible est à h ~ 70° pendant toute l'observation

- alors que j'ai utilisé exclusivement la configuration Nagler 31mm/OIII-12, je n'ai jamais eu la sensation d'un fond de ciel clair (ce qui est systématique en métropole, à l'inverse de la Namibie).

Je me suis cantonné à la partie Sud de la nébuleuse, la moins faible, et la seule (à l'exclusion du "croissant" NE) que j'avais perçue à Tivoli, en 2006.

J'ai essayé les deux filtres, astrodon OIII-5nm, et Lumicon OIII-12nm. Mais avec Panoptic 24mm/OIII-5, 130x, le champ est beaucoup trop petit. La question de savoir si un filtre est mieux que l'autre ne se pose donc pas. Donc, je suis passé au Nagler 31mm, et j'y suis resté toute l'observation (ainsi que celles de la deuxième partie de nuit, et du lendemain).

Je me suis constamment aidé de:

1) Guide8/nebulosities (sans image DSS), pour positionner les nébulosités par rapport aux étoiles, dont beaucoup sont suffisament brillantes pour être ER* même avec le filtre

2) la photo de Sh2-240 de P. Candy, pour apprécier les nébulosités recherchées.

Je suis resté très appliqué, uniquement sur la partie S de la SNRn et j'ai cherché et observé nervure après nervure.

La position de la bordure S de la SNR est bien positionnable grâce à l'astérisme Ferréro 5 (!), et à la double, optique et écartée, C*-D*, située à 25' en AP ~ 250° de Ferréro 5. Avec ces deux repères, on a l'orientation du champ et son échelle.

A partir de la, la boucle principale m'est apparu sans que je la connaisse (ou plutôt sans que j'ai préalablement étudié et mémorisé Guide8/neb pour la situer à l'oculaire). Cette boucle part de E* (à 25' de A*, en AP 122°) en direction de F*, tourne vers le N au droit de F* en décrivant un demi-cercle de 20' de rayon, et continue vers l'W en chevauchant, d'E en W, le chapelet d'étoiles brillantes qui part de G* jusqu'à H*.

[Note 2010 12 17: cette boucle correspond aux deux nervures SE de mon dessin de Tivoli 2006.]

Puis j'ai reconnu toute la zone située à l'E de cette boucle, en gros d'un diamètre de 25', centrée sur I*, et j'ai pu individualiser sa nervure principale, qui est la continuation à l'E, et jusqu'à J*, du chapelet décrit ci avant.

La zone à laquelle je suis ensuite passé correspond à la prolongation W dudit chapelet, c'est à dire la nervure située entre A* et B* (la dualité de B* n'est même pas soupçonnée en raison de la forte turbulence et du G faible).

Elle est à la fois facile et difficile: facile, car A* et B*, sont deux excellentes ER*, difficile par ce que je n'ai pas pu percevoir la dualité de cette nervure qui apparait bien sur Guide8/neb et sur l'image Candy: une moitié E, qui va de K* à L*, et une moitié W, qui va de M* à N*.

[Note 2010 12 17: la moitié E correspond à la nervure supérieure SW de mon dessin de Tivoli 2006, la moitié W n'a pas été vue en 2006. De plus cette dualité m'apparaitra le lendemain soir]

Difficile aussi car plus on va vers El Nath, plus les nébulosités sont enchevêtrées, et visuellement, on n'invididualise plus rien, ni structure ni même luminosité [Note 2010 12 16: mais sera le contraire le lendemain soir!].

J'ai profité d'être focalisé sur cette partie S de la SNR, pour tenter d'apercevoir la "boucle de cheveux" qui prend racine au droit de H*. J'avais vainement essayé de la percevoir en 2006 à Tivoli, et j'en avais gardé un souvenir frustré. Ce soir, même si elle est difficile, elle est individualisée de façon certaine, d'autant qu'elle se termine au milieu d'un astérisme de 4 étoiles E/W, qui sont autant d'ER*.

La zone suivante à laquelle je me suis attelé est bien détachée, et facile à positionner grâce à A*, et à B* dans une moindre mesure. Il s'agit de la nervure qui va de O* à P*, et qui constitue la bordure SSW de la SNR.

[Note cette zone correspond à la nervure inférieure SW de mon dessin de Tivoli 2006]

Au total, je suis resté deux heures uniquement sur la partir S de la SNR, mais j'en ai vu beaucoup plus qu'à Tivoli. Même si les nébulosités sont faibles, elles sont L1 et L2 (certaines seront mêmes estimées L3 le lendemain soir), et suffisamment non limite pour pouvoir être analysées.

[Note 2010 12 17: tout ce Croa correspond aux traits blancs de mon croquis sur le fond de l'image de Candy]

A* SAO 77350, m6.450V

B* SAO 77322, m6.553V

C* SAO 77412, m8.458V

D* SAO 77407, m8.329V

E* GSC 1869 286, m11.8B

F* TYC 11.493V

G* SAO 77432, m9.035V

H* TYC 1869 1091, m10.199V

I* TYC 10.209V

J* TYC 1870 824, m10.526V

K* GSC 1869 780, m13.7B

L* GSC 1869 884, m12.0B

M* GSC 1869 1143, m12.9B

N* GSC 1856 385, m12.4B

O* RR Tau, TYC 1869 335, m11.284V

P* TYC 1869 1015, m10.479V

Notes:

Ce Croa est la suite de mon observation de Simies 147, commencée en première partie de nuit.

04h00: Le ciel est superbe; plus de vent.

SQMZ et SQML-Z donnent des valeurs étonnamment faibles. J'aurais estimé le ciel à 21.50 ou plus; mais il est vrai que s'il est le contraire de "laiteux", je le trouve "lumineux"

x100 Nagler 31mm/OIII-12

Je m'attaque maintenant à la partie NE de la SNR.

Le "croissant" est bien vu, L1, quand on le connait. On peut le positionner précisément grâce au doublet Q1*-Q2*, et à l'astérisme en forme de croix en "X", dont le centre est R*. Cet astérisme est exactement au milieu de l'extrados du croissant.

J'ai noté, sans la connaitre, une surbrillance, L2, en partie NW du croissant, et vérifiée ensuite sur Guide8/neb.

Le croissant se prolonge au NW, par deux fuseaux, limites au début, puis bien vus, L2, alors que le croissant devient L2 avec surbrillance L3.

Puis, je m'attaque à la nervure Nord (sur Guide8/neb, c'est celle qui part de S*, passe entre T* et U*, et se termine au droit d'un petit triplé de 12ème, dont la principale est V*, et j'ai étudié l'image avant d'observer).

Je la vois immédiatement, en sachant qu'elle est dans le champ, mais sans savoir où elle est: la photo Candy confirme mon observation.

Cette nervure se prolonge à l'W par une zone large et non sustructurée, tout au moins à première vue. Mais il est 04h 58LT, El Nath se couche derriere l'observatoire, et je dois interrompre cette observation, que je reprendrai demain.

Conclusion de cette nuit: Sh2-240 est une cible très difficile, mais qui se dévoile avec beaucoup d'efforts, de patience, et de temps. Néanmoins, je n'ai jamais eu la vision de nébulosités dans le champ: elles ne sont vues que si l'on sait où elles sont, et après observation attentive.

Q1* SAO 77498, m8.424V

Q2* SAO 77495, m8.086V

R* TYC 1874 729, m11.253V

S* SAO 77386, m9.185V

T* SAO 77381, m7.031V

U* SAO 77354, m5.989V

V* TYC 1873 586, m9.828V 

 

Continuation de mes observations de la nuit précédente de Sh2-240. Le ciel est quasiment copie conforme, de celui de la veille.

x101 Nagler 31mm/UHC

J'essaie l'UHC, à tout hasard. C'est nettement moins bon, le champ est très clair, et il n'y a aucun contraste.

x101 Nagler 31mm/OIII-12

Je reprends donc 100x/OIII-12, et j'y reste toute la nuit.

Bien sûr, je me repère beaucoup plus facilement que hier, et je sais ce que je dois voir.

Mais je suis surpris: les nébulosités sont nettes, faibles mais nettes. Je ne suis plus dans la limite, mais dans l'analyse. J'arrive à discerner les limites des nébulosités, des zones L2 apparaissent sur les zones L1. Toutes mes observations sont validées en faisant glisser le champ, et en vérifiant que les nébulosités glissent à l'identique.

Je continue mon investigation qui consiste à observer détail après détail, nervure après nervure, zone après zone. Et je trouve que je vois des détails de plus en plus petits en surface, et de plus en plus précis. Bien sûr, je ne fais que:

1) analyser précisément les nébulosités de Guide8

2) observer le champ, le reconnaitre, et l'analyser

3) vérifier si ce que j'ai vu correspond bien à l'image de P. Candy.

Il n'est pas question de dessiner à l'oculaire, mais de reconnaitre si je vois ce que je dois voir. Et petit à petit, je valide la photo de Candy, en notant et écrivant directement sur celle ci avec le pinceau de Paint Shop Pro. Toutes mes notes de cette première partie de nuit, de 22h30 à 00h10, correspondent aux annotations en vert sur la photo.

Après 1h30 d'observation, j'éprouve le besoin de souffler un peu; je mange une banane, et bois une tasse de café chaud.

Et je reprends mes observations jusqu'à 01h30, où j'ai enfin terminé le tour des 360° de la SNR en me "raccordant" sur mes observations des deux nervures SW de la veille.

Je me rends compte que je vois de mieux en mieux; toutes mes estimations de luminosités de L(n) de la veille sont à remonter à L(n+1) ou L(n+2), et pour celles du début de cette nuit, L(n) doit être réévalué à L(n+1/2) ou L(n+1).

Ainsi toute la zone S / SE / SW doit être L2 pour le fond, et L3 pour les nervures: cette zone est indiquée en jaune sur mon croquis.

Et, en plus, les nébulosités sont perçues rougeâtres !

Au total, j'aurai passé environ 8 heures sur Simeis 147, mais je peux dire que je l'ai résolu.

Fin de mes notes in situ

------------------------------------------------------------------------------------------------

Note complémentaire 2010 12 18:

Une question m'a "trafiqué", dès le lendemain de cette observation: comment ai-je pu percevoir une couleur rouge, alors que j'ai constamment observé au travers d'un filtre OIII ?

Je crois avoir la réponse.

Mon filtre OIII en 50 mm est un vieux Lumicon de 1998 ou 2000, d'avant la faillite. (A ce sujet, il est indéniablement plus sélectif que les Lumicon actuels, ce que j'ai pu vérifier à Tivoli avec Mathieu Pron qui était venu en 2008 avec ses filtres Lumicon récents. Sur un même objet, et au T508, les nouveaux filtres Lumicon OIII étaient à mi chemin entre les anciens filtres OIII et UHC de Lumicon.) Je crois me souvenir que la bande passante de ces anciens filtres remontaient à partir du rouge, et laissaient complètement passer le H alpha. La discussion suivante semble le confirmer: http://astrosurf.com/astropratique/028092.html

Mais j'ai une autre vérification: avec ce filtre ancien, plus les étoiles sont brillantes, plus elles sont rouges. Alors que j'ai acquis dernièrement un filtre OIII Astrodon de 5 nm. La bande de ce filtre est uniquement sur le 5007 A, et arrête tout le reste; et effectivement, avec ce filtre, plus les étoiles sont brillantes, plus elles sont vertes.

Enfin, j'ai mis beaucoup de temps, au traitement, pour reconstituer la teinte. Celle que j'ai vue était plus mate, plus sombre, (ce que je ne peux pas rendre sur un écran de PC), mais la teinte, en elle même, c'est à dire la composition RVB, était vraiment celle de mon dessin. Elle était limite en perception, à cause de la faiblesse de sa luminosité, mais parfaitement analysable en tant que couleur.

Bertrand Laville 2010 12 18

Partager cet article

19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 17:12

Depuis quelque temps, Bertrand Laville du groupe Ciel Extrême a élu domicile à l'observatoire. Tout dernièrement Simies 147 a été croqué avec une finesse extraordinaire à l'oculaire du Dobson 635 mm à l'aide d'un filtre Oxygene III - Le ciel d'une grande transparence n'était complété que par un seeing de l'ordre de 3 secondes d'arc. Je laisse Bertrand nous expliquer sa méthodologie à travers un commentaire ou une page spécifique au Ciel Extrême .

 

Sh2-240--Simeis-147--T635--BL-2010-12-09-10-OBP.jpg

 

Cet article sera surement à n'en pas douter le premier d'une longue série.

Partager cet article